Le mort vivant

By Robert Louis

Page 0

...R.-L. STEVENSON

Le Mort Vivant

_ROMAN_

Traduit par T. de WYZEWA

...

Page 1

...morts à l'exception d'un seul, c'est à ce dernier survivant
qu'échoit toute la somme, intérêts compris....

Page 2

...à présent dans une retraite
absolue, sous le toit de son fils Michel, l'avoué bien connu....

Page 3

...rapports
avec les masses_, la Société d'Amélioration Mutuelle des Travailleurs de
l'Ile des Chiens, à qui il...

Page 4

...ne revint en Angleterre que lorsque l'âge de
ses pupilles exigea de sa part un surcroît...

Page 5

...Maurice
constituait pour elle un dommage, l'excellente fille s'était refusée à
compliquer encore les embarras de l'oncle...

Page 6

...de l'autre des sentiments amicaux:
Maurice n'avait jamais cessé de reprocher à son tuteur le déficit...

Page 7

...avait plus que la vanité d'un homme,--il avait la
vanité d'un conférencier. Il avouait qu'il avait...

Page 8

...hasardait-il, je me demande si, pendant que tu
travailles de tes mains, cela ne t'intéresserait pas...

Page 9

...de pouvoir rentrer enfin dans ses 7.800 livres
sterling,--se précipita dans le cabinet de son cousin...

Page 10

...fois! s'écria Maurice.

--Oui! mon bon, parfaitement! Le coup de l'étrier! répondit Michel. Je
ne peux pas...

Page 11

...de ce problème: «Pourquoi Michel a-t-il refusé?»

Enfin, une nuit, il s'élança dans la chambre de...

Page 12

...indiquée! N'oubliez pas non plus de vous
procurer une paire de bottines de la maison Dall...

Page 13

...sur le dos qui ne m'appartiennent!

--Laisse-le tranquille! grommela Jean. Vous commencez à m'exaspérer,
tous les deux!

--Ce...

Page 14

...pour consulter un oculiste. De
l'oculiste chez le dentiste, et de celui-ci chez le médecin, c'est...

Page 15

...au-dessus de sa tête, qui lui faisait
affreusement mal. Il porta la main à son front,...

Page 16

...Jean, où peut-il bien s'être fourré? Il ne doit pas être
loin! J'espère que le pauvre...

Page 17

...veux pas que
d'autres puissent le trouver!

--Quelle farce! s'écria Jean. A quoi bon?

--Fais ce que je...

Page 18

...son coup? Il a
tout sous la main: la garde-malade, le médecin, le certificat tout prêt,
mais...

Page 19

...à
penser, naturellement, à la gare de Browndean, qui devait être, à cette
heure, un centre de...

Page 20

...du mieux qu'ils purent le désordre de leur costume, les
deux frères Finsbury revinrent, par un...

Page 21

...demeure, ils furent en
droit de se dire que le plus gros de leur affaire se...

Page 22

...commençait à se fâcher et ne
se contenait plus que malaisément. Hé! mais tu en ferais...

Page 23

...Hampshire pourront apprécier l'exacte valeur de ce
superlatif; et, à la fin, le Grand Vance lui-même,--qui...

Page 24

...Métropolitain, est un gentleman des
plus estimables; mais, en tant que neveu, je n'oserais pas le...

Page 25

...désintéressé. Je ne puis, je l'avoue, m'empêcher de
sourire en songeant que, pendant que Maurice et...

Page 26

...dans notre partie!

--Je suis un homme libre de préjugés, poursuivit Joseph Finsbury. Dans
ma jeunesse, j'ai...

Page 27

...s'écria M. Chandler, qui
devenait d'humeur belligérante. Le charretier m'aurait fait dresser
procès-verbal, si je n'avais pas...

Page 28

...dans sa poche, toussa pour
s'éclaircir la gorge, et lança un regard hésitant sur M. Chandler.

--Seriez-vous...

Page 29

...alla s'installer plus près du feu, et se mit à
examiner les personnes assises aux tables...

Page 30

...de quatre-vingts
livres!

Sur quoi le vieillard, avec moins de pitié pour ces pauvres diables
qu'il en aurait...

Page 31

...prêt de dix shillings peut vous aider, je les tiens à votre
service! reprit M. Watts...

Page 32

...fut véritablement oriental: le petit bureau
du chef de gare sembla tout à coup s'être changé...

Page 33

...coupé du wagon, s'était provisoirement envolée dans un ciel tout
rempli de populeuses salles de conférences,...

Page 34

...était là, endormi, sans
personne que vous pour nous voir! Mais je l'ai épargné, parce que...

Page 35

...trois jours, avait eu la satisfaction de contraindre
celles-ci à repasser le Danube. Ce n'est point...

Page 36

...le magistrat s'était amusé à
changer les étiquettes, vers quatre heures, une promenade quelque peu
rêveuse et...

Page 37

...voiture de
camionnage était arrêtée devant une maison; six athlètes, ruisselants de
sueur, s'occupaient à en retirer...

Page 38

...creusé dans le mur
de profondes ornières; mais, du moins, ils avaient cessé d'être un des
spectacles...

Page 39

...de regarder où il
frappait, de telle sorte que, quelques secondes après, le pauvre garçon
assénait un...

Page 40

...une
des plus mémorables séances de toute ma vie!

--En tout cas, une séance que vous ne...

Page 41

...des «échantillons pour un ami», je vous en serai
reconnaissante jusqu'à mon dernier jour. Mais, d'abord,...

Page 42

...c'est? Et où est le baril? Le tonneau à
eau?

--Aucun baril n'est venu, Maurice! répondit froidement...

Page 43

...2º il y avait nécessité absolue à le
retrouver. Ces deux points étaient clairs; et si,...

Page 44

...matin, monsieur, répondit le porteur; mais je
vais demander à Bill. Hé! Bill! dis-donc, te souviens-tu...

Page 45

...compte séance tenante.

«Allons! voilà qui n'est point si mauvais!» songea Maurice, avec un
soupir de soulagement....

Page 46

...preuve légale de la mort de son oncle, il
n'était qu'un paria sans le sou: et,...

Page 47

... ...

Page 48

... 3. J'ai perdu le commerce de 3. Mais je...

Page 49

... ...

Page 50

...rien que je
puisse vendre? Ma collection de bagues à cachets?

Mais à la pensée de se...

Page 51

...dans la serrure, une nouvelle réflexion
mortifiante lui vint à l'esprit: «Cette maison même n'est pas...

Page 52

...pas
plus tard que cette nuit! Je ne veux pas de toi dans mon antichambre!

Le visage...

Page 53

...des signatures humaines. Que vous
signiez votre nom avant ou après vos repas, pendant une indigestion...

Page 54

...donner, il présenta son
faux au gros Ecossais roux à qui il avait affaire, d'habitude, lorsqu'il
venait...

Page 55

...murmura précipitamment Maurice. Je
vais demander à mon oncle de la recommencer. Voyez-vous, poursuivit-il
en reprenant un...

Page 56

...songea-t-il. Je n'y comprends
rien! Leur conduite a quelque chose d'inexplicable. Mais, d'ailleurs,
peu importe. Tout est...

Page 57

...Pitman, artiste._ Cette plaque ne se faisait pas remarquer par sa
propreté; et de la maison,...

Page 58

...ateliers ne
pouvaient s'empêcher de le raisonner; ils lui remontraient, par exemple,
combien c'était chose impossible de...

Page 59

...lequel j'ai à vous demander conseil, est des plus
importants: car il s'agit de la statue...

Page 60

...temps de son thé, et, plus tard, pendant qu'il donnait à son
fils sa leçon de...

Page 61

...avait appris qu'une caisse d'emballage gigantesque était
arrivée par le même train, mais ayant une autre...

Page 62

...sur son large front; son pantalon, à la
dernière mode, se couvrit de taches de rouille;...

Page 63

...faut bien que l'un de nous deux ait ce
courage, et je crains que ce ne...

Page 64

...En quelles autres mains? Aux
mains d'un inspecteur de police?

--Au diable l'inspecteur de police! répliqua Michel....

Page 65

...autrefois pour locataire un
de mes amis--je l'appelle «mon ami» pour abréger, il est présentement au
bagne....

Page 66

...trouva l'artiste pitoyablement changé, blêmi, voûté,
affaissé, avec des yeux hagards, qui sans cesse se dirigeaient...

Page 67

...un moment.

--J'ai, quelque part, deux chemises à col rabattu que je portais à
Paris, quand j'étudiais...

Page 68

...gauche de mon ulster, j'ai l'idée que vous y trouverez un flacon
de whisky. C'est cela,...

Page 69

...après s'être longuement contemplé;
j'ai l'air d'un commis d'économat!

Tout à coup lui revinrent à l'esprit les...

Page 70

...ami, disait-il, vous me paraissez ne rien
connaître de votre ville natale! Que penseriez-vous d'une visite...

Page 71

...sympathie de Michel.

--Jamais je n'ai vu un homme boire plus vite! déclara-t-il à Pitman,
quand le...

Page 72

...je ne sais pas inventer! protesta Pitman. Jamais je
n'ai pu rien inventer, de toute ma...

Page 73

...assortiment varié de pipes, de paquets de tabac, de boîtes
de cigares, et de romans français...

Page 74

...quelque surprise. M. Thomas
serait-il un des chefs de la maison Erard?

--Oh! des Erard de contrefaçon,...

Page 75

...inspiration nouvelle. Ses doigts se refermèrent sur le poli
inaccoutumé d'un menton rasé; et, du même...

Page 76

...c'est sa fille, prenez bien note de ce point, monsieur!--sa
fille servait les clients dans le...

Page 77

...soir!

--Sans faute! répondit Gédéon en souriant. Je puis venir à n'importe
quelle heure, n'est-ce pas?

--Absolument, absolument!...

Page 78

...de
m'offenser d'expressions qui ne s'adressaient pas directement à moi!

--C'est bon! dit Michel en se rattelant...

Page 79

...vous obéira! dit l'avoué. Et pourtant, si
vous saviez ce que la journée a été fatigante,...

Page 80

...entra
dans une taverne brillamment éclairée. La taverne se trouvait presque
remplie. Il y avait là deux...

Page 81

...de mon côté?

--Je ne comprends rien à ce que vous voulez dire! répliqua Michel. Mais
si...

Page 82

...moi
pour prendre leur défense!

--Figurez-vous qu'ils ne voulaient jamais me laisser parler! poursuivit
amèrement le vieillard. Ils...

Page 83

...pas le droit d'agir ainsi!

--Mais tout l'argent est à moi, Michel! protesta le vieillard. C'est...

Page 84

...m'apprenez là, par exemple, me surprend tout à fait. Cependant il
se peut que vous ayez...

Page 85

...est! déclara Michel. Je suis venu
pour m'entendre avec vous, Maurice! ce compromis que vous m'avez
proposé,...

Page 86

...buffet, et les remplit avec
une grâce hospitalière.

--Je bois à votre santé, mon cousin! s'écria-t-il gaiement....

Page 87

...prix?

--Je vous l'ai dit; il est à Browndean! répondit Maurice, en essuyant
son front à la...

Page 88

...clair!
Conduisez-moi à Scotland-Yard!

[1] La préfecture de police.

--Vous ne pouvez pas me demander cela...

Page 89

...avant la publication, s'il n'allait pas tout au moins
confier à quelques amis le secret de...

Page 90

...sans scrupules, ou ce grossier jeune coquin de neveu! En tout cas,
je vais tout de...

Page 91

...il ne le jugea point tout à
fait inexplicable. M. Dickson avait si bien déjeuné qu'il...

Page 92

...De près ou de
loin, le doute n'était pas permis: l'objet était bien un piano. C'était
bien...

Page 93

...affolé trop tôt? En
pareille circonstance, qu'aurait fait Robert Skill?» Ce Robert Skill
était, ai-je besoin de...

Page 94

...*

Dans quelles angoisses, dans quels accès de résolution fugitive, dans
quels abîmes de désespoir Gédéon passa...

Page 95

...avait-elle à être
réglée d'une façon quelconque et sans retard. De nouveau Gédéon se
demanda ce qu'aurait...

Page 96

...riveraine de Padwick, il se souvenait d'avoir vu,
récemment encore, un ancien pavillon sur pilotis, poétiquement...

Page 97

...servait de pont-levis à sa nouvelle demeure, et où il se
trouva seul dans cette malsaine...

Page 98

...étrange comme il y a des jours où on n'est pas en train! se
dit-il; et...

Page 99

...lieu tout contre le
pavillon: pas un mot n'en était perdu pour le jeune maëstro.

--C'est un...

Page 100

...la veille. Et elle s'assit sur le balcon, installa son
album et sa boîte de couleurs,...

Page 101

...elle
n'était pas sans inquiétude au sujet de sa prochaine entrevue avec M.
Bloomfield; mais elle ne...

Page 102

...mais il me semble le
connaître!» Elle commença à le fredonner, et, tout à coup, éclata...

Page 103

...l'estime de la seule personne
que j'admire!

Un reflet de satisfaction se montra sur le visage de...

Page 104

...ci darem la mano!_ répondit l'avocat. Laissez-les-moi une minute
encore! J'ai si peu d'amis! reprit-il.

--Je croyais...

Page 105

...du vrai dans ce que vous dites! admit M. Bloomfield. C'est que,
voyez-vous, j'ai cru préférable...

Page 106

...plus pour que je vous le cède!

--Oh! non! non! Gédéon! Non, je pensais que _vous_,...

Page 107

...n'y aura plus de M. Jimson! Sur le yacht, il n'y aura
rien à craindre! M....

Page 108

...par exemple, l'appelle-t-on le «sifflet d'un sou»,
tandis que je ne vois pas que quelqu'un ait...

Page 109

...peu! faites-moi une place à côté de vous!

Dès l'instant suivant, l'homme à l'allure militaire était...

Page 110

...atteignit le malheureux
garçon? Mais, au reste, un seul fait suffira à dépeindre la situation:
désormais, ce...

Page 111

...le civil, mon lecteur
saura tirer profit de cette recette, pour lui-même, ou pour un ami:...

Page 112

...carriole avec la plus vive curiosité.

«Je me demande ce que diable ils peuvent avoir?» songea...

Page 113

...n'avancez pas! fit Julia. Vous ne
savez pas ce que cela peut être! J'ai si peur...

Page 114

...grand malheur que je n'aie pas d'argent!
ajouta-t-elle.

--L'oncle Edouard en a pour deux, ma chère demoiselle,...

Page 115

...ce fut pour constater que ses mains
tremblaient, que ses yeux avaient peine à s'ouvrir, que...

Page 116

...visite de Michel, ce projet de chantage souriait moins
encore qu'auparavant à l'imagination de Maurice. «Michel...

Page 117

...ferait-il, quand il serait au bureau? Il n'avait
le droit de rien signer en son propre...

Page 118

...Le timbre de cette lettre, je vais avoir à me le
procurer à l'oeil! Ma parole...

Page 119

...allé jusqu'à donner à chacun des
employés de ses bureaux une gratification (oh! une petite somme!)....

Page 120

...son client lui avait donné des ordres formels. Le susdit
client tenait à rentrer dans ses...

Page 121

...Ah! si seulement je pouvais trouver des complices!»

La nécessité est la mère de tous les...

Page 122

...et tout
de suite; et la seule chance que j'aie de m'en procurer, c'est Bent
Pitman! Bent...

Page 123

...qu'il venait d'improviser. «Pas mal, vraiment! se dit-il.
_Quelque chose d'avantageux pour lui_ n'est peut-être pas...

Page 124

...de ses
connaissances. En un mot, le bon Pitman avait été ravi, et, maintenant
encore, lorsqu'il se...

Page 125

...pour nous, artistes, la presse ne
saurait avoir le même intérêt que pour...

--En ce cas, interrompit...

Page 126

...à croire que c'était dans votre barbe que vous
gardiez votre bon sens!

--Monsieur Finsbury, dit le...

Page 127

...Bent au lieu de Dent? Ce
n'est pas que, en soi, la correction me déplaise! Je...

Page 128

...été confirmée cette année. Une enfant de grandes
promesses, autant que j'en puis juger! Eh bien!...

Page 129

...par instants, s'y mêlait le choc d'un sabot de cheval
contre le pavé desséché, dans la...

Page 130

...de lui.

--Holà! dit tout bas Michel. Serait-ce là l'auteur de votre annonce? En
ce cas, j'aurais...

Page 131

...a été présent à toute l'affaire! dit Pitman. C'est
lui-même qui a ouvert le baril. Votre...

Page 132

...A moins que tout ceci ne soit
vraiment qu'un rêve, auquel cas je voudrais bien que...

Page 133

...ne cherche
pas à tricher avec vous!--et moi, je vais pouvoir m'occuper de la maison
de cuirs,...

Page 134

...un grand frisson. Ce... cet
autre homme, revenons à lui! Qui est-ce? Où pourrai-je mettre la...

Page 135

...Où est
le corps? Et est-ce vous qui avez touché le montant du chèque?

--Vous demandez où...

Page 136

...la sonnette, tantôt à
lancer dans la porte de vigoureux coups de pieds. Cet homme, avec...

Page 137

...hurla le frère cadet.

--Mais pourtant, Jeannot, si ce n'est pas possible! plaida l'aîné.

--Satané idiot! cria...

Page 138

...casquer! Gardez-vous de réveiller le lion
britannique!

Il y avait quelque chose de si indescriptiblement menaçant dans...

Page 139

...à parler des _music-halls_, et de tout l'argent que j'y
avais gagné avec mes chansons! Et...

Page 140

...ne fait rien, mon vieux, je
commence à me remettre! Apporte-moi maintenant le fromage, et encore...

Page 141

...Michel.
Michel, au reste, est un garçon qui m'a toujours plu. Et j'ai hâte de
voir enfin...

Page 142

...que le cadavre d'un
étranger quelconque?

--Oh! si l'idée vous afflige trop, vous pouvez ne pas aller...

Page 143

...appel. Monsieur, poursuivit-il en s'adressant à Gédéon, voici mon
histoire: j'ai été dépouillé de mon héritage...

Page 144

...mon cher Maurice, que vous
venez d'achever vos études à l'Institut Commercial. Et, comme vous
m'avez dit...

Page 145

...mon pauvre Pitman, qui est
certainement la personne la plus inoffensive du monde. Ne pourriez-vous
pas venir,...

Page 146

... 145
IX.--Comment s'acheva le jour de congé de Michel Finsbury...